Du 4 au 8 décembre, le Garage MU accueille « Un Garage à Soi », une exposition 100% féminine, collective et pluridisciplinaire.

Depuis 2012, le Garage MU est le laboratoire du Collectif MU, situé au cœur du quartier de la Goutte d’Or, point de rencontre de l’art engagé et engageant. Logique alors d’en ouvrir les portes pour y accueillir l’exposition « Un Garage à Soi », où « le dedans sera projeté au visage du dehors » selon les dires mêmes de ces locataires temporaires.

L’exposition naît du désir de réunir des œuvres produites par des artistes féminines, croisées au fil du parcours artistique de chacune des participantes exposantes et curatrices. Toutes ces œuvres ont vocation à porter une discussion sur les questions du corps et de l’intimité, et en particulier sur le corps dit « féminin ».

Un garage, c’est un espace fonctionnel, d’entrepôt et de circulation, incarnant l’antithèse de l’intimité : un lieu de passage investi par des corps anonymes. « Un Garage à Soi » cherche au contraire à faire du garage un espace intime, ouvert sur l’extérieur, comme pour affirmer les connexions possibles entre deux sphères qui s’entre-influencent et se nourrissent. « La sphère sociale ne s’arrête pas aux seuils de nos paliers ».

Au-delà des barrières de genre et de corps, le titre donné à l’exposition fait évidemment référence à l’essai pamphlétaire « Une Chambre à Soi » de Virginia Woolf, icône absolue du début du XXème siècle. Dans cet ouvrage, l’auteure insiste sur l’importance de disposer d’un espace à soi et de jouir d’une indépendance financière afin de pouvoir créer de manière libre et confortable. Elle se confronte aussi à l’histoire avec un grand H, alors écrite par des hommes et teintée de misogynie. « Les femmes y sont très largement reléguées à la sphère de l’intime, qui fût dans le même temps décrédibilisée, considérée comme espace empreint de valeurs féminines donc triviales, vaines et dédiées à la reproduction quotidienne d’un travail domestique dévalorisé par la société patriarcale ».

« Un Garage à Soi » invite au questionnement sur la représentation des corps dits « féminins », fantasmés voire fétichisés, afin de les présenter comme des lieux à se réapproprier et plus encore à ouvrir sur soi-même. « Les œuvres choisies pour l’exposition ont pour point commun de poser des regards empreints de sororité sur ces corps prélassés, tour à tour soustraits aux regards masculins, les soutenant de regards droits, ou entrelacés et rendus anonymes et universels. »

Propos de Julia Maura, recueillis par Laura Guillemin

Un Garage à Soi
Avec des œuvres de Romy Alizée, Safia Bahmed Schwartz, Leïla Chaix, Jeanne Mahmoud, Julia Maura, Camille Soualem, Pauline Bertholon, Aliha Thalien, Anaïs Commaret, Gaelle Matata et de Margot Darvogne.

Du 4 au 8 décembre
Vernissage le 4 décembre de 18h à 22h
45 rue Léon Paris 18ème / M4 Château Rouge
Entrée à prix libre, bar à prix doux.

Mercredi 4 décembre (Vernissage) : 18h–22h
– Lectures vidéo-projetées par Leïla Chaix
– Lectures vidéo-projetées (textes, clips et video-poèmes) par Julia Maura
– Lectures par Safia Bahmed Schwartz
– Lectures par Aliha Thalien

Vendredi 6 décembre : 8h – 22h

Samedi 7 décembre : 14h – 21h
– Lectures de la poétesse Rim Battal
– Projection d’une vidéo de l’artiste et graphiste Pö
– Distribution des tracts d’Emma Valejo
– Présentation / workshop du duo ZS (duo d’architectes et designers féministes qui feront une présentation de leur travail sur les articulations entre Genre et Espace)

Dimanche 8 décembre : 15h – 20h
– Lectures de la team Friction-Magazine

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Plus d'articles
MU ou la mémoire sonore de l’eau